Indications de l’Ostéopathie

S elon sa définition actuelle, l’ostéopathie est « une approche diagnostique et thérapeutique manuelle des dysfonctions de mobilité articulaire et tissulaire en général dans le cadre de leur participation à l’apparition des maladies » .

L’ostéopathe reçoit en première intention, c’est à dire sans prescription médicale préalable. Cette prise en charge de première ligne exige une formation de qualité orienté vers la sécurité du patient et l’étude de la sémiologie médicale.

Avec l’entrée à l’Université Libre de Bruxelles en collaboration avec la Faculté de Médecine d’une formation en 6 ans temps plein, l’Ostéopathie peut aujourd’hui prétendre à ces standards de qualité.

L’ostéopathie est indiquée dans le traitements de nombreuses affections, parmi lesquelles :

Maux de dos et de nuque

concerne toutes les douleurs communes du rachis, des douleurs lombaires aux cervicales, en passant par la colonne thoracique entre les omoplate. Ces douleurs sont pour la plupart les conséquences de tensions musculaires locales, ainsi que de dysfonctions articulaires entrainant un « blocage » vertébral. Ce blocage se manifeste majoritairement lors de certains mouvements, et certaines positions deviennent inconfortables voire douloureuses.

Troubles musculaires et tendineux

Dans le cadre de tendinites ou d’autres douleurs d’origine musculaires, l’ostéopathie constitue un moyen thérapeutique efficace et complémentaire de la kinésithérapie. Certaines tendinites ne sont toutefois pas toujours liées à une sur-sollicitation mécanique, et peuvent parfois être la conséquence d’une dysfonction rachidienne à distance. Parmi ces cas les plus fréquents sont l’épicondylite (ou « tennis elbow« ) d’origine cervicale, ou les tendinites des adducteurs et du tenseur du fascia lata d’origine pelvienne

Douleurs nerveuses

Les douleurs d’origines nerveuses, comme dans la sciatique ou le syndrome du canal carpien, se manifeste initialement par des modifications de sensibilités locales. Picotement, sensations de fourmis ou de chaud/froid, ces sensations parasites peuvent par la suite évoluées vers une perte de force dans tout le champ d’action du nerf en souffrance. Cette souffrance provient dans la grande majorité des cas d’une compression locale du nerf. Elle peut être engendrée au niveau du rachis (arthrose, hernie discale), directement par une musculature spasmée (syndrome du pyramidale) ou encore par des phénomènes inflammatoires locaux (canal carpien).

Douleurs articulaires

L’ostéopathie ne s’intéresse pas qu’à la colonne vertébrale. Ainsi l’ostéopathe traite également épaule, coude, poignet, genou ou cheville.

Migraines, acouphènes et troubles de la mâchoire

Les migraines d’origine musculaire ou cervicales, les « céphalées de tension » représentent une variété très fréquente de maux de tête estampillées à tord comme migraine.  L’ostéopathie, en agissant directement sur cette musculature cervicale, traite directement la cause de ces maux de tête.

Concernant les acouphènes, certains sont directement liés au conduit auditif, et aux contraintes qu’il subit des structures avoisinantes, notamment de l’articulation temporo-mandibulaire (l’articulation de la mâchoire). Les troubles d’occlusion ou de langage directement liés à un problème mécanique de la mâchoire sont également traités par l’ostéopathie .

Troubles de la sphère abdominale

Face aux troubles fonctionnels ou douloureux de la sphère abdominale, l’ostéopathie viscérale représente une thérapie efficace. Cette branche de l’ostéopathie traite par une action de stimulation des différents sphincters et structures de cette zone.

Femme enceinte, jeune maman et nourrisson

Durant la grossesse et après l’accouchement, les remaniements corporels sont légions. Douleurs lombaires, troubles pelviens ou encore douleurs de hanches, la charge à porter ainsi que l’hyper élasticité du corps lié aux libérations hormonales lors de l’accouchement favorisent ce surmenage mécanique.

Concernant le nourrisson, l’ostéopathie prend en charge les reflux gastro-eosophagiens, torticolis ou encore les malformations crâniennes (plagiocéphalies)